Archives de catégorie : Actualités

La cave coopérative au centre de la Ronde

Trois jours pour sillonner neuf régions viticoles au coeur du site de la cave coopérative de Rauzan.

C’était le challenge de la douzième Ronde des caves organisée le week-end dernier au chai à barriques.
Le principe est simple : permettre au public de faire un bout de tour de France des meilleurs vins de neuf régions :l’Alsace, le Beaujolais, le Bordelais, la Bourgogne, la Champagne, la Provence, les Côtes-du-Rhône, le Languedoc et le Val de Loire. Une centaine de vins ont pu être dégustés et achetés sur place.

«Les visiteurs, venus en nombre, ont pu apprécier la visite du site de vinification de Rauzan tout autant que les dégustations de vins et autres produits du terroir », se réjouissaient le président, Denis Baro, et Philippe Hébrard, directeur de la cave coopérative, à l’issue de ces journées dédiées au vin et au tourisme.

C’est une manière aussi pour les viticulteurs locaux de mieux se faire connaître dans d’autres contrées, puisque la cave de Rauzan sera à son tour présente sur les rencontres organisées dans ces différentes régions.

Voitures de collection

Au programme aussi : la découverte d’une vingtaine de voitures anciennes. Une rencontre organisée en coopération avec la Ronde des caves par les étudiants en BTS technico-commercial de la Maison familiale rurale de Vayres.

Mathieu Béraldo, employé au chai de Rauzan, qui a repris ses études en BTS, a pu avec Hanna Maria Kulbusch, Karl-Eric Laanet et Thomas Planes promouvoir cet événement en y associant le Club Belle-Zautos de Saint-Félix-de-Foncaude et d’autres collectionneurs.

Au final, la manifestation permettait au public de « découvrir notre process de fabrication « de la terre au verre », les différents profils aromatiques – et ils sont nombreux dans le vin et les spiritueux, comme avec ce cognac de la Maison Maxime Trijols à Saint-Martial, tout autant que cette collection de voiture ».

La cave coopérative donne rendez-vous pour sa prochaine grande manifestation au marché bio de Nérigean, le 9 décembre, pour de nouvelles découvertes. Katherine Bétoté

Quand les apprenants dépassent les formateurs….

Dans le cadre d’Erasmus, nous sommes allées à Bruxelles, en stage dans le « Wine Bar Mouchart » managé par Pierre-André Dolciami (promotion 2011/2013).
Nos objectifs étaient de découvrir les bières belges et les habitudes de consommation du vin de ce pays.
Sous les conseils de Pierre-André et de trois autres étudiants de la MFR de Vayres, nous avons visité des brasseries, Cantillon, Saint Feuillien, Orval (Trappiste)…
Le soir, au bar, nous avons pu appréhender les habitudes de consommation des Belges et dialoguer sur leurs coutumes.
Nous avons également visité Bruxelles, ville polyglotte riche en histoire.
Bien entendu, nous n’avons pas manqué de nous entraîner à la dégustation de bière et de mets locaux.
Catherine Comte et Christine Massol.

Visite d’un atelier de découpe

Grâce à une action de communication d’INTERBEV (organisme qui représente les professionnels de l’élevage et de la transformation des viandes), nous avons pu bénéficier d’une visite d’un atelier de découpe-conditionnement du groupe Beauvallet à Floirac le 18 mai dernier.
Nous avons été accueillis par Mme Debourse, responsable Qualité des entreprises SOGIVIG et Ducasse.

Les Secondes et terminales de BAC PRO Technicien Conseil Vente avaient préparé des questions abordant les problématiques d’hygiène, de traçabilité, de santé-sécurité, nutritionnelle, des signes officiels de la qualité et de l’origine, d’approvisionnement, de débouchés, de crise sanitaire…
Autant dire que Mme Debourse a été « bombardée » de questions auxquelles elle a répondu de façon aussi complète et professionnelle que possible.
Cela nous a permis de faire le lien entre les approches théoriques des cours et les pratiques de terrain. Nous avons été convaincus par un établissement propre, rangé, soucieux de sécurité des aliments.
Mme Debourse s’est montrée très disponible et les élèves attentifs à ses réponses, comme en témoignent la qualité de leur rapport de visite.

50 ans de la MFR de Vayres

Un demi-siècle de formation au service du territoire local.

ILS ÉTAIENT NOMBREUX À ÊTRE VENUS, LE SAMEDI 20 MAI, CÉLÉBRER LES 50 ANS DE LA MAISON FAMILIALE ET RURALE. ANCIENS ET ACTUELS ÉLÈVES, PARTENAIRES PROFESSIONNELS ET INSTITUTIONNELS, TOUS ONT LOUÉ LA QUALITÉ DE LA FORMATION ENSEIGNÉE À VAYRES

Ambiance détendue et grands sourires en ce samedi 20 mai 2017 dans l’enceinte de la Maison Familiale et Rurale de Vayres, ancien Institut Rural de la Vigne et du Vin. Quelques anciens élèves retrouvent leurs professeurs, les actuels pensionnaires échangent avec les professionnels, le tout, autour d’un verre des Graves de Vayres, le partenaire privilégié de la MFR depuis déjà de nombreuses années.
A la MFR de Vayres, on forme les futurs techniciens des métiers de la vigne et du vin : cadre commercial, caviste, maître de chai, conseiller viticole, chef d’exploitation, ou encore responsable qualité et hygiène et chargé de mission en oenotourisme (voir ci-dessous). Les profils et les métiers concernés sont très variés, à l’image des formations proposées, de la 4ème, jusqu’au BTS, où l’on conjugue jusqu’à l’excellence la théorie et la pratique.
Ici, la philosophie est d’être en phase avec le monde du travail, d’où le succès des diplômés de la MFR auprès des professionnels. En quelques dizaines d’années, l’établissement vayrais s’est tissé un réseau d’anciens élèves devenus professionnels dans le monde entier.

« Les anciens deviennent les maîtres de stages des nouveaux »

fait remarquer Carol Maugé, la directrice de l’établissement…

« Et si nous retrouvons des élèves partout dans le monde, nous restons très attachés au terroir vayrais, car l’esprit de la MFR est aussi de valoriser et de rendre attractif son territoire. D’ailleurs, certains de nos jeunes vont prochainement travailler à l’élaboration d’une brochure vantant les mérites touristiques de la commune ».

L’oenotourisme, une formation d’excellence

C’est l’une des formations très en vogue du moment : chargé de développement oenotouristique. Il faut dire qu’en Gironde et ailleurs, les viticulteurs ont compris l’importance de faire partager à la fois la qualité de leur terroir, le patrimoine local mais aussi la science de leur métier comme le fait remarquer Carol Maugé :

« La viticulture est un métier qui est fait par des passionnés. Il est donc normal que ces gens souhaitent partager leur passion et c’est pour cela qu’il faut des professionnels pour le faire ».

 

Cet article est paru dans « Vayres le Mag », journal de la commune de Vayres, en juin 2017. Télécharger l’article

 

A lire également, un article paru dans le journal « Le Résistant »